اثبتي با بنيتي على مبادئك ولك الله و الأحرار

IMG_87461-1300x866

طالبة ثم إعتداء عليها من طرف كلاب الشرطة خلال تظاهرة الطلبة....حقيقة من ضربها اولا وقبل كل شيء اهان نفسه ، وزاد اكد للشعب انك ياشعب محتل وزاد عزيمة واصرار على المواصلة حتى للاستقلال ومهما كان الثمن الذي سيدفع غالي جدا

أقول لك اثبتي با بنيتي على مبادئك ولك الله و الأحرار، فالوحوش الذين اغتالوا وذبحوا وقتلوا واختطفوا آلاف الأبرياء خلال العشرية السوداء لن يتورعوا لحظة عن قمعك ظنا منهم انهم بإجرامهم هذا يستطيعون وقف قطار حراك التغيير في الجزائر

 



اضف تعليق


تعليقات الزوار

  1. علال

    ومن يقول ان شعب ترك حراك فهة يحلم ومن يقول او ينتظر من هذا النظام ان يأخد جزائر الى بر الأمان او جزائر قوية فهو يحلم لا شيء تغير عهدة خامسة بدون بوتفليقة بل اكثر من بوتفليقة دمار شامل في كل مؤسسات دولة موانئ شركات بنوك مطارات كل شيء مدمر جزائر في حالة كساد لم تعرفه منذ 1962 اضنها بداية نهاية افسد نظام في عالم وأفريقيا نظام فشل في كل جوانب اقتصاديا اجتماعي صحي تعليمي دينيا من قمع الطلبة .. يا من تسيرون بلد هذا نظام يصلح غير للعنف و النهب .. لا اقتصاد لا صناعة لا عمل لا سكن و لا و لا و لا

  2. L'expert juridique algérien Sahib Hakim a déclaré que le droit de la famille algérien institutionnalise l'inégalité entre les sexes et réduit les femmes à un "civil irresponsable" et à un "mineur à vie". Dans un article intitulé «Violence à l'égard des femmes ou discrimination institutionnelle?», M. Hakim, avocat et professeur d'université, a expliqué que «le droit de la famille, qui est sans aucun doute le reflet inévi table d'un conflit fondé sur la controverse et de nombreux projets inachevés, institutionnalise l'inégalité entre Les deux sexes réduisent ainsi la femme à l'image «d'un civil irresponsable» et «d'un mineur à vie». Le professeur d'université a souligné dans cet article, qui a été publié dans le journal algérien "Liberty" en réponse à l'énorme augmentation des meurtres commis contre les femmes dans le pays, que cette loi est le résultat logique de l'équilibre des pouvoirs, de la fuite en avant. politique menée par les pouvoirs  publics, et les bizarreries et vicissitudes qui ont miné le champ politique et  public algérien. Et il a estimé que le droit algérien de la famille place les femmes, du point de vue de la relation conjugale, en position de minorité au sein de cet espace privé et les rend vulnérables à une "discrimination flagrante", à travers la formation de la relation conjugale et des différentes institutions qui le gouvernent, et l'effondrement de cette relation et ses effets. Il a noté que le statut personnel, compte tenu de sa nature et de son champ d'application, reste le domaine qui incarne le plus les différences de caractère sociétal, soulignant que le droit de la famille, qui a été approuvé à la hâte et dans un état de confusion, reste un problème à ce jour. Il a mentionné, dans ce contexte, que le gouvernement algérien, dans ses rapports soumis aux Nations Unies en 2005 et 2010, a reconnu les formes de discrimination et de contradictions contenues dans le droit de la famille, soulignant que la question concerne «une reconnaissance explicite et officielle sans aucune ambiguïté ». M. Hakim a déploré que, à ce jour, la condition de la femme continue de se détériorer en raison du déclin de l'éducation et de la domination des islamistes sur le système éducatif, considérant que «le droit des femmes de travailler en association est très limité, et leur participation au travail est encore faible avec une nette exclusion des postes de responsabilité et un environnement de violence contre les femmes, ce qui conduit les femmes à souffrir de la marginalisation et de la vulnérabilité. Il a expliqué qu'en raison de ces raisons, le statut des femmes au sein de la famille se reflétait dans leur position au sein de la société et, en général, dans l'exercice de leurs droits sociaux, économiques, culturels et politiques. Il a poursuivi: «L'infériorité juridique des femmes dans la cellule familiale est, en fait, la racine de la discrimination et des inégalités auxquelles elles sont exposées dans la sphère sociale, économique et publique». Il a regretté que la transformation sociale des femmes, résultant du boom de l'éducation des filles, n'ait pas été accompagnée d'une réelle représentation politique, et n'ait pas contribué à atteindre l'égalité d'accès aux fonctions publiques, notant que la présence féminine au sein des gouvernements a toujours été symbolique. Le professeur d'université considère que cette faible présence s'explique par le fait que toutes les réformes visant à atteindre l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes se heurtent à un «obstacle créé par un discours religieux ou coutumier qui s'oppose à tout ce qui est contemporain». M. Hakim a averti qu'accepter un statut qui légalise le fait de rendre les femmes mineures signifiait abandonner la modernité et le désir d'approcher les normes et «le modèle commun que tous les peuples et toutes les nations devraient atteindre», comme le stipule le préambule de la Charte des Nations Unies. L'avocat et juriste a considéré les formules d'égalité, imposées de manière autoritaire et unilatérale, comme une manœuvre qui suscite la méfiance et le ridicule dans la société car elle n'est pas fondée sur le principe d'égalité comme intérêt stratégique pour les femmes. Selon M. Hakim, «sa mise en œuvre dans un contexte politique difficile, caractérisé par la fermeture du champ politique, médiatique et syndical, et où la fraude est un principe solide, elle devient une illusion». Il a poursuivi: "C'est plus qu'une simple fraude visant à dissimuler la violence juridique, sociale et politique à l'égard des femmes." Il a conclu que les récentes réformes ne sont rien d'autre qu'un canular qui ne trompe plus personne, et confirme que la bataille des femmes algériennes n'est pas encore terminée, et révèle à l'opinion publique nationale et internationale le retard que connaît l'Algérie dans ce domaine par rapport à ses voisins. , Maroc et Tunisie.

  3. Molay

    عندما يصل هدا النضام إلى التعدي على فتاة تظاهرت سلميا فاعلم أن هدى النضام عبارة عن وحوش أدمية لأ ضمير لهم .لاحول ولا قوة إلا بالله العلي العظيم. اللهم أنصر المظلومين في كل مكان يارب العزة.اللهم زلزل الارض تحت اقدام الحكام وأزلامهم الضالمين يارب العالمين

  4. LE M TAGNARD

    EWT CE QUE CES POLICIERS ET GENDARMES ALGERIENS NE S T PAS DES VRAIS ALGERIENS POUR NE PAS FAIRE DE MAL A LEURS COMPATRIOTTES EST CE QU ILS S T TOUS RECRUTES UNIQUEMENTS DES HARKIS C EST H TEUX QUE LES ALGERIENS TABASSENY LES ALGERIENS ET QUE LES CAP ORAUX FRANCAIS FILS DE HARKIS S T BIEN PROTEGES DANS LEURS CASERNES MALHEUR A CES RESP SABLES CIVILS ET MILITAIRES DU GOUVERNEMENT ALGERIEN

  5. خالد

    الصورة تعبر، نعم صورة بنت بوجه عبوس، حين تتمعن في وجهها الحزين ترى الحقيقة أعزك الله يا فتاة انت رمز الحراك،

  6. المزابي

    من اعتدى عليك بالضرب والعنف ، فاقد للرجولة،وحتى الذكورة، فهو مخنث ، ويحقد على الفتيات.. لك الله ابنتي الغالية ، اللهم انتقم منه شر انتقام هؤلاء لن يتزحزحوا من السيطرة إلا بالقوة ، وما لم يتجه الشعب إلى العهصيان المدني، أو إلى المعاملة بالمثل ، لن ينجح الحراك ما أخذ بالقوة ، لا يسترجع إلا بالقوة.

الجزائر تايمز فيسبوك