Guerre de succession en Algérie : Qui veut embraser la Kabylie ?

IMG_87461-1300x866

C’est devenu une « tradition », à chaque veille d’élections présidentielles et à chaque fois que le torchon brûle entre les différents clans du pouvoir en Algérie, on met le feu aux poudres en Kabylie. Cette fois-ci, ceux qui tirent les ficelles semblent actionner des chefs de daïras en leur ordonnant de procéder à l’interdiction des conférences ou des séminaires dont l’organisation est prévue en Kabylie.

Depuis quelques temps déjà, on empêche de force et à répétition la tenue de conférences avec des écrivains dans le cadre de cafés-littéraires notamment dans deux communes de Kabylie. A Bouzeguene et à Aokas. Puis, vendredi dernier, le chef de daïra de Tizi Rached a refusé de délivrer l’autorisation pour la tenue d’un séminaire organisé par le Rassemblement pour la Kabylie (RPK). Un séminaire qui ne pouvait en aucun cas menacer la sécurité de l’Etat puisque la majorité de ses animateurs sont des enseignants notamment à l’université de Tizi Ouzou. Il s’agit donc d’une provocation dont le but consiste à ajouter de l’huile sur le feu.  D’ailleurs, le lendemain, le pouvoir n’a pas hésité à passer à la répression dans la daïra d’Aokas. En quoi une conférence littéraire à laquelle devait prendre part quelques dizaines de personnes peut-elle à ce point nuire et déranger le pouvoir algérien ?

Il est évident que, s’il n’y avait pas une volonté de déclencher le « feu » en Kabylie, on aurait laissé passer cette conférence et tant d’autres sans qu’absolument qu’il en découle aucun désastre. Mais le souvenir de l’interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri en mars 1980 sur les poèmes kabyles anciens est toujours vivace ainsi que la révolte qui s’en est suivie. L’histoire récente de la Kabylie montre que cette région a toujours servi de gilet pare-balles aux détenteurs du pouvoir. Quand le régime algérien est grippé, c’est la Kabylie qui tousse. La vigilance doit, de ce fait, être plus que jamais de mise. Car aucun kabyle ne doit encore mourir pour qu’untel ou untel arrive au pouvoir.

Tahar Khellaf

تعليقات الزوار

  1. ait mokrane

    en deux lignes said bouteflika sera president d algerie en 2019 d ailleurs c est lui qui gouverne tant que mal l algerie depuis l AVC de son frere abdelaziz

  2. OUBAHA

    Le peuple Kabyle est un peuple colonisé faible avec des formations politiques désorganisées ,et dont certains membres seraient des corrompus et service du DRS,un peuple désorienté qui accepte de continuer a être toujours humilié depuis des lustres par le régime harki raciste et barbare qui lui fait subir des calvaires sans qu'il réagisse. Les kabyles devraient prendre exemple des braves rifains marocains qui se sont soulevées contre le pouvoir en place pour que leur région soit développées au même titre que le sont certaines régions et les grandes villes du Maroc. .

  3. L'opposition montre sa force au Venezuela Home ACTUALITE International Par Patrick Bèle Mis à jour le 27/07/2017 à 17:58 Publié le 27/07/2017 à 17:51 Les manifestants s'apprêtent à lancer un cocktail Molotov contre les force de sécurité, mercredi, lors de la grève générale qui a paralysé la capitale, Caracas. Les antichavistes, qui ref usent les élections constituantes de dimanche, ont organisé deux jours de grève générale. L'opposition vénézuélienne s'est félicitée de la participation à la grève générale de mercredi qui s'est poursuivie jeudi. «Nous avons obtenu 92 % de participation sur l'ensemble du territoire», s'est réjoui le premier vice-président de l'Assemblée nationale, Freddy Guevara. Il revendique également 77 % de participation dans le secteur stratégique du pétrole. L'ensemble ... Au Peuple Amazigh de Kabylie de prendre l'exemple sur le peuple du Venezuela eu celui du Rif au lieu de pleurnicher éternellement dans la lâcheté ,un manque de courage immense et criard qui ne lui apporterait qu'amertume et désespoirs. .

اضف تعليق


well, this is out capcha image

الجزائر تايمز فيسبوك